Laboratoire d’épidémiologie et d’écologie parasitaire


Chef de Service : Karim Aoun, Médecin biologiste, Professeur Hospitalo-universitaire en Parastologie tel: 71 890 827

Le service d'épidémiologie et d'écologie parasitaire est un laboratoire hospitalo-universitaire de Parasitologie Médicale. Il s'agit d'une structure de santé publique assurant des prestations sanitaires et de formation. C'est un service spécialisé de Parasitologie dont la mission est de répondre à des besoins nationaux dans les domaines du diagnostic, de la prise en charge et du contrôle des maladies parasitaires endémiques et émergentes (leishmanioses, hydatidose, protozooses intestinales, gale...) mais également celles à risque d'introduction ou de réinstallation en Tunisie (paludisme, bilharziose urinaire). Les activités du service couvrent les aspects d'investigation, d'analyse et d'intervention sur les évènements épidémiologiques prioritaires et d'intérêt. Elles s'intègrent dans le cadre de programmes nationaux, d'actions ciblées et spécifiques ou de protocoles de recherche. Ces activités sont conduites en partenariat avec diverses structures publiques de la santé (DSSB, DHMPE, Directions régionales de la santé, Hôpitaux universitaires et régionaux) et sont menées de façon complémentaire et  privilégiée avec le Service de Parasitologie et Mycologie de l'IPT. Les actions ne se limitant pas à l'aspect médical proprement dit mais également aux volets écologiques, environnementaux et vétérinaires par l'étude des réservoirs zoonotiques des parasitoses ciblées et de leurs modalités de transmission. Les ouvertures vers le domaine public, particulièrement sous forme d'expertises médicales à visées informatives et préventives, sont également en cours de développement en partenariat avec les institutions nationales, régionales et locales y compris non sanitaires.  Par son intervention, le LEEP renforce les capacités nationales de contrôle et d'intervention sur les maladies parasitaires d'intérêt pour notre pays et ce particulièrement en cette période sensible de modifications écologiques et environnementales (réchauffement, urbanisation, mobilisation des ressources hydrauliques, mondialisation et échanges renforcés avec des régions à risques sanitaires prononcés, résistances aux insecticides et aux anti-parasitaires). Par sa qualité universitaire, le LEEP permet également d'améliorer la formation en parasitologie médicale par le développement d'un terrain de stage spécialisé au profit de jeunes cadres de la santé (résidents, médecins de la santé publique, techniciens biologistes et hygiénistes) ainsi que des étudiants en sciences diverses (Licence, Master, Doctorat).  

 

Partager cet article