Institut Pasteur de Tunis - Actualités


Appel à candidature pour le poste d’un Président Directeur Général de la Société de Gestion de la Technopole Sidi Thabet

biotechpole-sidi-thabetLa société de gestion de la Technopole Sidi Thabet se proposer de lancer, un appel à candidature pour le choix d'un Président Directeur Général.
Toute personne de nationalité tunisienne remplissant les conditions fixées par les termes de références peut présenter sa candidature.

Les candidats remplissant les conditions énumérées dans les termes de références et qui sont intéressés par le poste peuvent envoyer leurs dossiers de candidature physique au bureau d'ordre (de 9 h à 16 h) au siège de la société de gestion de la Technopole Sidi Thabet sous pli fermé en écrivant :
« Appel à candidature pour le poste d'un Président Directeur Général de la société de gestion de la Technopole Sidi Thabet », « A ne pas ouvrir », ou par rapide poste sur l'adresse suivante : Société de gestion de la technopole Sidi Thabet, Sidi Thabet, Ariana 2020.

La date limite de réception des candidatures est fixée pour le 09 Mai 2022 à 16 hTout dossier parvenu après le délai sera rejeté.Pour les envois des dossiers, le cachet du bureau d'ordre fait foi.Les critères d'éligibilité à consulter via le lien : https://drive.google.com/file/d/1Q1w43WX81B7Ej5-_rzx-DtZWT0Cat7oR/view?fbclid=IwAR1n6TGq9xgY7VctEmKTjzHak4Dyh3q8WHXWrqHnJgdE5It-rjopZ-TqoAU

 
Projet ATUN-DIPs : un transfert de compétence réussi entre l’Institut Pasteur à Paris et l’Institut Pasteur de Tunis
dips_int_tunis_img_0203bis
Passionnée par la thématique de la transmission des maladies génétiques, Roukaya YAAKOUBI réalise sa thèse à l'Institut Pasteur de Tunis sur les déficits immunitaires primitifs (DIPs), maladies génétiques du système immunitaire. Elle étudie plus particulièrement le syndrome hyper IgE, un déficit immunitaire combiné héréditaire des lymphocytes B et T qui s'exprime, entre autres symptômes cliniques complexes, par une allergie sévère. Un échange entre l'Institut Pasteur de Tunis et l'Institut Pasteur à Paris, effectué dans le cadre du projet ATUN-DIPs, lui a permis de faire un bond en avant dans ses recherches. Elle raconte.

Qu’est-ce qui vous a amené à étudier les déficits immunitaires primitifs ?
Très intéressée par la biologie, mes études universitaires en biologie moléculaire et cellulaire m’ont amenée à mieux comprendre l’interconnexion et le fonctionnement des organismes vivants. En particulier l’immunologie, qui fait référence à l’étude de système immunitaire, représente pour moi la meilleure discipline pour étudier par exemple les réactions entre le corps humain et les pathogènes. Le système immunitaire assure la lutte contre les agents agressifs ou néfastes à notre organisme grâce à ses constituants qui agissent pour limiter cette agression mais contribue également à l’homéostasie de l’organisme et au contrôle de l’émergence de maladies allergiques, auto-immunes ou de cancers. Néanmoins, un défaut touchant un ou plusieurs composants de ce système peut engendrer une défaillance, et c’est à ce moment-là que j’ai découvert les déficits immunitaires.
Durant mon master, j’ai choisi d’étudier les déficits immunitaires pour mon mémoire. J’ai réalisé un stage d’un an au sein du Laboratoire de Transmission, Contôle et Immunobiologie des Infections (LR11IPT02) dirigé par le Pr Mohamed Ridha Barbouche sous la direction du Dr Meriem Ben Ali. Durant ce stage, j’avais pour objectif d’étudier la particularité du syndrome Hyper IgE en Tunisie. A travers cette expérience, j’ai découvert l’importance de la génétique dans l’étude des déficits immunitaires primitifs et acquis de nouvelles compétences en immunologie. Cette combinaison entre mes deux domaines de prédilection (la génétique et l’immunologie) a révélé d’autant plus ma passion pour la recherche.

Sur quoi travaillez-vous au sein du projet ATUN-DIPs ?
Les déficits immunitaires primitifs sont un groupe hétérogène de plus de 450 maladies dans lesquels un défaut génétique du système immunitaire est responsable d’une susceptibilité accrue aux infections pouvant être associées à des allergies, des manifestations auto-immunes et parfois à des cancers.
Depuis 2016, j’effectue mes travaux de recherche sur le syndrome Hyper IgE au sein du laboratoire d’immunologie à l’Institut Pasteur de Tunis, dirigé par Pr Mohamed Ridha Barbouche. Une partie de mes travaux de thèse entre dans le cadre du projet ATUN-DIPs.
Le syndrome Hyper IgE, qui est le DIP sur lequel je travaille, est un déficit immunitaire combiné héréditaire des lymphocytes B et T. Il est caractérisé par de l’eczéma, des infections cutanées et respiratoires récurrentes, des taux très élevés d’un type d’anticorps dans l’organisme - les immunoglobulines E (IgE), fréquemment associées à des manifestations allergiques. L’objectif de ma thèse est de caractériser les bases génétiques du syndrome hyper IgE en Tunisie et de comprendre pourquoi les patients atteints de cette maladie les produisent à outrance.
Ma thèse est scindée en deux parties :

  • Investigation des gènes impliqués dans le syndrome hyper IgE grâce au séquençage d’un panel de gènes. A l’heure actuelle, 9 gènes sont impliqués selon la dernière classification des DIPs.
  • Compréhension du mécanisme de surproduction des IgE chez les patients atteints du syndrome Hyper IgE.

Qu’est-ce que vous a apporté votre stage à l’Institut Pasteur à Paris ?dips_int_tunis_img_0183
En Tunisie, nous ne disposons pas des mêmes équipements de séquençage haut débit comme ceux de l’Institut Pasteur à Paris.
Pendant 2 ans j’ai été contrainte de séquencer gène par gène selon le profil clinique des patients. C’est ce qu’on appelle la stratégie de « gène candidat » qui prend plus de temps et est plus onéreuse.  Or, la meilleure stratégie pour identifier les bases génétiques pour les DIPs, est de séquencer un ensemble de gènes « Panel » en une seule fois ; d’autant que certains DIPs partagent des signes cliniques qui ne sont pas toujours dûs à la mutation des mêmes gènes. C’est ce qu’on appelle le diagnostic différentiel. Employer cette stratégie va donc  permettre un meilleur diagnostic définitif.
Cette méthode de séquençage haut débit, est une technologie pas encore disponible à l’Institut Pasteur de Tunis mais l’est actuellement au sein du laboratoire Biomics de l’Institut Pasteur à Paris. Nous avons conçu un panel de 300 gènes avec toute l’équipe qui travaille sur les DIPs à l’Institut Pasteur de Tunis, que nous avons transmis à la plateforme Biomics pour être séquencés.
Avant le déroulement de mon stage à l’Institut Pasteur à Paris, j’ai suivi des formations en ligne sur le séquençage haut débit. Arrivée à Biomics, j’ai pu bénéficier d’une formation théorique supplémentaire sur ce sujet : préparation des échantillons avec mise en étiquette index, normalisation des ADN (même quantité de chaque échantillon,) et finalisation de la construction des librairies, c’est-à-dire l'ensemble des fragments d'ADN qui seront séquencés au moyen du séquenceur Next Generation Sequencing (NGS).A l’Institut Pasteur à Paris, j’ai également suivi d’autres formations de séquençage d’ARN et de métagénome, ainsi que des formations en management qualité qui ont apporté un plus à mon cursus.

Comment allez-vous appliquer vos apprentissages de retour à l’Institut Pasteur de Tunis ?
Justement dans le cadre du projet ATUN-DIPs, un transfert des compétences acquises est prévu. De ce fait, l’expertise que j’ai acquise dans la préparation des banques au sein du laboratoire Biomics de l’Institut Pasteur à Paris, sera transmise in situ à d’autres collègues à l’Institut Pasteur de Tunis. A cet effet, une équipe de Biomics s’est aussi déplacée à Tunis, dans le cadre du projet Européen PhindAccess, pour aider à la mise en place de l’approche NGS au niveau de la plateforme génomique de l’Institut Pasteur de Tunis qui permettra, entre autres, la préparation des banques.

Selon vous, quel sera l’impact de votre stage pour améliorer le diagnostic des déficits immunitaires primitifs en Tunisie ?
Une fois que la préparation des banques sera possible à l’Institut Pasteur de Tunis, nous pourrons alors proposer, aux patients demandeurs, un séquençage du panel qui contient 300 gènes connus pour causer des DIPs. Ceci améliorera grandement le diagnostic et permettra une meilleure prise en charge des patients.

Source : https://www.pasteur.fr/fr/institut-pasteur/institut-pasteur-monde/actualites-international/projet-atun-dips-transfert-competence-reussi-entre-institut-pasteur-paris-institut-pasteur-tunis

 
Séminaire de l'IPT (14 avril 2022 à 11h00) : Réponse immune et vaccination contre SARS-CoV-2 et ses variants

seminaire hechmi portraitLes séminaires scientifiques de l'Institut Pasteur de Tunis font leur retour dans la vie de l'Institut.

Avec l'objectif de renforcer les échanges scientifiques entre pasteuriens et la communauté scientifique en général sur les thématiques de l'IPT, ces séminaires se dérouleront tous les 15 jours, les jeudis en fin de matinée.

Le premier séminaire sera assuré par M. le Directeur Général, Pr Hechmi Louzir et aura lieu le 14 avril à 11h00 dans le Grand amphithéâtre de l'IPT

Son intervention est intitulée : Réponse immune et vaccination contre SARS-CoV-2 et ses variants.

Résumé:
L'infection par le SRAS-CoV-2 aboutit à une multitude de situations : formes asymptomatiques, formes simples, formes sévères souvent mortelles. La maladie ou la simple infection asymptomatique peut conférer une certaine protection contre la réinfection. Ainsi, très rapidement, des vaccins efficaces ont pu être développés et évalués cliniquement en un temps record. A plusieurs reprises, ce virus nous a surpris. Dans cette contribution, je vais essayer d'aborder les questions en rapport avec la nature et l'intensité de la réponse immune qui va d'une immunité qui protège d'une manière relative contre les formes sévères et peu ou pas contre la transmission du virus à une immunité qui protège contre l'infection et la maladie. Je discuterai des effecteurs de la réponse immune induite après infection naturelle ou vaccination et qui contribuent dans la résistance et la protection, en sachant que les mécanismes précis ne sont pas bien connus. J'aborderai aussi la notion d'immunité de groupe versus immunité individuelle ainsi que le pourquoi de cette évolution par vagues successives et sa relation avec les différents variants du virus. Enfin, je conclurai en discutant les scénarii les plus probables de l'évolution

Le séminaire sera retransmis en direct sur la page Youtube de l'IPT : https://youtu.be/PoTsW4ki4-s

 
Lancement du réseau des correspondants communication de l'Institut Pasteur de Tunis

reseau correspondants com IPTL'atelier de lancement du réseau de correspondants communication de l'Institut Pasteur de Tunis (IPT) a été organisé par l'Unité spécialisée communication science et société (UniSS) de l'IPT le 18 mars 2022 en collaboration avec le projet européen de renforcement de capacité PHINDaccess

Cette première rencontre a rassemblé les 24 référents communication désignés par leurs services et laboratoires de l'IPT. Cet atelier a été l'occasion de lancer et structurer le réseau des correspondants et de définir de manière participative leurs différents rôles.

L'atelier a été initié par une présentation d'UniSS (composée de 5 piliers) ainsi que des objectifs du pilier communication institutionnelle. La présentation a été suivie par un tour de table avec les différents référents durant laquelle les participants ont eu l'occasion de se présenter et d'apprendre à se connaître. Une activité de groupe a ensuite été planifiée durant laquelle les correspondants ont réfléchi à leur rôle, leur missions, la manière dont leur activité pouvait s'organiser, etc.

Un état des lieux de la communication à l'IPT a été réalisé à la lumière des résultats de l'enquête qui a été diffusée au personnel de l'IPT au mois de Décembre 2021.

L'atelier s'est conclu par un échange sur les priorités du réseau dans les mois à venir pour le pérenniser et assurer ses missions. Un plan d'action sera prochainement défini en se basant sur les priorités qui ont été identifiées lors de l'atelier. Il comprendra des actions de formation, de l'événementiel, de la communication digitale, etc.

 
Journée de sensibilisation à la santé auditive (Jeudi 31 MARS 2022)

JMA affiche 31-03-2022Dans le cadre de la Journée Mondiale de l'Audition, l'Association Ichara en collaboration avec le Laboratoire de Génomique Biomédicale et Oncogénétique, l'Association Amicale des Syndicats des Surveillants de la Santé Publique, l'Unité spécialisée "Communication, Science et Société UNISS", et d'autres collaborateurs cliniciens en ORL et para-cliniciens en audiologie et en orthophonie; vont organiser une journée de sensibilisation à la santé auditive au personnel et chercheurs de l'Institut Pasteur de Tunis.

La matinée sera organisée ainsi: une visite chez l'ORL pour un check-up de l'oreille suivie par une visite chez l'audiologue pour le mesurage auditif ainsi qu'une consultation chez l'orthophoniste. Des vidéos explicatives du déroulement de la journée seront projetées tout le long de cette manifestation, en plus de la présence d'experts en santé auditive afin de répondre à toutes vos questions.

Cette action est validée par le Comité d'Ethique Biomédicale de l'IPT et aucune donnée personnelle ne sera révélée ni traitée. 

Soyez nombreux!!



Date et Heure: Les inscriptions seront ouvertes de 8h30 jusqu’à 11h (31 mars 2022)
Lieu: RDC et 2ème étage du Bâtiment de Recherche de l’Institut Pasteur de Tunis

Public cible: Personnel, chercheurs et leurs familles

 

 

 

 

 
<< Début < Préc 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

JPAGE_CURRENT_OF_TOTAL

Partager cet article