Laboratoire: de recherche en Virus, Vecteurs et Hôtes 

Chef du laboratoire : Ali Bouattour
DMV, PhD, Entomologiste, Biologiste Principal
ali.bouattour@pasteur.tn
71 783 022 (poste 588)

Objectifs du laboratoire :

L'une des missions principales de l'Institut Pasteur de Tunis (IPT) est la contribution à la surveillance épidémiologique des maladies infectieuses et l'expertise concernant la microbiologie, la physiopathologie des agents infectieux et l'étude des sources d'infection (vecteurs, animaux réservoirs, aliments...). Les maladies à transmission vectorielle, notamment les arboviroses, représentent 17% de la charge mondiale estimée des maladies infectieuses (OMS). De nombreux autres virus ont aussi un impact majeur en termes de Santé Publique et de production animale. C'est ainsi qu'à titre d'exemple, les viroses intestinales constituent la deuxième cause de morbidité après les infections respiratoires au niveau mondial. Certains virus donnent des gastro-entérites, d'autres sont responsables de pathologies diverses parfois très graves telles les hépatites, méningites, encéphalites ou paralysies, et même des formes graves cancéreuses.
Le cycle de vie et celui de la transmission des pathogènes sont intimement liés aux conditions de l'environnement. C'est ainsi que toute perturbation de notre environnement pourrait être à l'origine de l'émergence de nouveaux virus ou la modification de l'épidémiologie des virus qui circulent déjà en Tunisie. La compréhension du fonctionnement de ces systèmes biologiques (virus, vecteurs, hôtes, environnement) nécessite des études pluridisciplinaires approfondies. C'est dans ce cadre que ce nouveau laboratoire de recherche, avec l'acronyme VVH, a été créé en 2020, après approbation de la Direction Générale de la Recherche du Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique. Ce laboratoire associe le service de Virologie Clinique et le service d'Entomologie Médicale de l'IPT et d'autres scientifiques travaillant dans d'autres structures de santé notamment le CHU Tahar Maamouri de Nabeul, (service Gastrologie), le CHU la La Rabta (Service Maladies Infectieuses), l'Ecole Nationale de Médecine Vétérinaire de Sidi Thabet (service Pathologie des Carnivores et des Equidés) et le Centre National de Veille Zoosanitaire de Tunisie. Ce laboratoire est né en réaction à un risque éco-épidémiologique croissant, mais aussi en réaction à l'hyperspécialisation médicale et au morcellement des disciplines en santé animale et vétérinaire. Il vise notamment à mieux affronter les maladies émergentes à risque pandémique. En effet, ce nouveau laboratoire regroupe des chercheurs de différentes spécialités (biologistes, médecins, vétérinaires, entomologistes, virologistes, pharmaciens, épidémiologistes...), ayant chacun ses propres objectifs spécifiques, mais qui se rejoignent pour une même vision. . Les travaux de recherche du laboratoire VVH sont répartis en 4 projets :

Projet 1 : Surveillance des arbovirus et pathogènes émergents vectorisés, dirigé par le Dr Youmna M'GHIRBI (Maitre de Conférences à l'IPT)

Projet 2 : Surveillance des arthropodes vecteurs dans les écosystèmes en évolution ; dirigé par le Dr. Ali BOUATTOUR, Biologiste Principal à l'IPT

Projet 3 : Etude des virus ciblés par des programmes d'élimination, dirigé par le Pr. Henda TRIKI, Professeur hospitalo-univeristaire à l'IPT

Projet 4 : Etudes des virus nouveaux et ré-émergents dirigé par le Dr.  Dorra REZIG, Maître de Conférences à l'ISSBAT

projets VVH

Ce nouveau laboratoire bénéficie d'une plateforme biotechnologique appropriée lui permettant de conduire des études épidémiologiques et phylogénétiques des virus, des études éco-biologiques sur les vecteurs potentiels de ces virus ainsi que de leurs réservoirs humains et ou animaux. Il représentera une structure clé et aidera à la surveillance et au contrôle de ces infections selon le concept « One Health » ou ''une seule santé''. Ce nouveau laboratoire se propose donc de conduire des études d'épidémiologie moléculaire et de modélisation relatives aux virus ciblés, d'analyser la situation en Tunisie puis proposer des mesures de prévention spécifiques, en particulier en périodes épidémiques pour l'adoption de stratégies de surveillance et de contrôle appropriées.



 

 

Partager cet article