Nos projets

Projet Pilote BdS IPT (2017-2018)

  • Caractérisation génétique des souches du virus de l'hépatite C isolées chez les usagers de drogues par injection en Tunisie

L'infection par le virus de l'hépatite C (VHC) est un problème majeur de santé publique en Tunisie et partout dans le monde. En 2015, sa prévalence nationale est estimée à 0,9% dans la population générale. Compte tenu du mode de transmission par voie sanguine du VHC, les usagers de drogues par injection représentent une population vulnérable caractérisée par une forte prévalence d'infection par le VHC (autour de 30%). Cette population ayant un accès extrêmement faible au traitement est par ailleurs considérée comme un vecteur critique de souches virales vers la population tunisienne. La Tunisie a mis en œuvre un plan national d'élimination de l'hépatite C s'étalant sur 8 ans de 2016 à 2023. Son objectif général est d'éliminer cette infection en se basant sur un accès universel à des soins et à un traitement efficace. Ce projet de recherche a été fondé sur une demande sociétale formulée par l'Association Tunisienne d'Information et d'Orientation sur le Sida et la Toxicomanie ATIOST. Son objectif était d'explorer la diversité génétique des souches du virus de l'hépatite C (VHC) isolées chez cette population, ce qui permettrait de mieux comprendre l'épidémiologie de cette maladie chez cette population et de donner un état des lieux précis de l'infection à VHC chez cette population vulnérable. Ce projet a permis de plus de servir d'appui à la mise en œuvre du programme national de lutte contre le VHC. Ce projet de recherche a été conduit en co-création entre le laboratoire de virologie clinique de l'Institut Pasteur de Tunis et l'ATIOST et a été réalisé par une étudiante en Mastère de la Faculté des Sciences de Tunis.

Projets BdS IPT (2018-2019)

  • Etude épidémiologique du diabète de type 2 (DT2) et de l'hypertension artérielle dans la région de Zaghouan

Les deux maladies métaboliques, le diabète de type 2 (T2D) et l'hypertension artérielle (HTA) sont un problème majeur de santé publique en Tunisie. Ces maladies complexes provoquent de graves complications dégénératives des organes entraînant une invalidité et la mort. Le T2D et l'hypertension sont des maladies multifactorielles très complexes qui utilisent des facteurs génétiques et environnementaux. Le dépistage de ces maladies est insuffisant, notamment en dehors de la capitale tunisienne et dans les zones rurales où existe un gros problème d'accès aux structures de santé. L'association régionale des diabétiques de «Zaghouan» a identifié un problème majeur de dépistage et de prise en charge du DT2 et de l'hypertension dans la région de «Zaghouan» et a fait part de ses préoccupations à la boutique des Sciences de l'IPT « Science ensemble ».Le projet sélectionné et mis en œuvre entre l'association régionale des diabétiques de «Zaghouan» et le laboratoire de génomique biomédicale et oncogénétique de l'IPT. Il consiste à réaliser des campagnes de recrutement de patients au cours desquelles seront collectées des données anthropométriques, démographiques, nutritionnelles et généalogiques ainsi que des échantillons de matériel biologique. Des analyses biochimiques seront effectuées et toutes les données collectées et générées seront analysées par des outils statistiques. Cette étude permettra une meilleure connaissance de la situation des DT2 et HTA dans la région de Zaghouan ce qui améliorera la prise en charge des patients. Cette étude pilote dans la région de Zaghouan pourrait être adoptée par d'autres régions de la Tunisie qui auront un impact socio-économique significatif.

  • Détection, prévention et prise en charge des pertes auditives chez la population tunisienne

Dans le cadre du projet InSPIRES qui a pour objectif principal de mettre la recherche scientifique au service de la société et de renforcer les liens entre différents secteurs pour répondre à un besoin sociétal, l'association ICHARA a lancé comme requête sociétale d'atténuer la stigmatisation de la surdité de la rendre visible au grand public. L'objectif de ICHARA à travers cette collaboration est d'améliorer la détection et la prise en charge des atteintes auditives aussi bien éducative et sociale que médicale et para-médicale ; notamment des enfants. En effet, un enfant sourd sans prise en charge sera isolé de la société. Selon l'Organisation Mondiale de la Santé, plus de 5% de la population mondiale (soit 360 millions de personnes) souffre de déficience auditive incapacitante avec une perte d'audition supérieure à 40 décibels (dB) dans la meilleure oreille chez l'adulte et supérieure à 30 dB dans la meilleure oreille chez l'enfant. Dans ce projet, des analyses audiométriques (tonale et vocale) et tympanométriques ainsi que l'otoémission-acoustique seront réalisées par des étudiants en audiologie dans le cadre de leurs projets de fin d'études. La population d'étude est représentée par 304 enfants en milieux pré-scolaires et scolaires de la région de Ras Jbal. Ce projet implique plusieurs parties prenantes de la société civile et des décideurs tels que des CSOs et des institutions publiques de santé afin d'élaborer une stratégie nationale de prise en charge des atteintes auditives.

  • Perceptions et attitudes des PVVIH, des professionnels de la santé, des décideurs et de la société civile concernant les soins médicaux aux PVVIH.

Depuis 1980, le nombre de nouvelles infections au VIH signalées a doublé dans plusieurs régions du monde. Parallèlement, des progrès récents des sciences biologiques et de la recherche clinique ont réussi à améliorer le dépistage, la surveillance virologique et l'efficacité du traitement du VIH. Grâce à la thérapie antirétrovirale (TAR), la survie et la qualité de vie des personnes vivant avec le VIH se sont considérablement améliorées. Néanmoins, des niveaux élevés d'adhésion au TAR (au moins 95%) sont nécessaires pour maintenir une charge virale indétectable et pour assurer un bénéfice optimal pour le patient. En Tunisie, malgré la politique du pays contre l'infection à VIH, le taux de nouveaux cas a augmenté de 12% entre 2010 et 2017. Il est donc primordial d'assurer une prise en charge  meilleure et appropriée des patients VIH quantitativement et qualitativement. Ce projet BdS soumis par l'Association Tunisienne de Prévention Positive (ATP +) a été sélectionné est réalisé en partenariat avec l'Institut National de Santé Publique et l'Institut Tunisienne des Sciences Humaines. Il a été mis en ouvre par une étudiante en mastère. L'étude consiste à concevoir une recherche originale qualitative à travers des entretiens avec les PVVIH et les parties prenantes (agents de santé, responsable de programme au ministère de la santé, organisation internationale etc.) afin de comparer les différents points de vue et pour mettre en évidence les contradictions et les accords. L'interprétation des différents points de vue sera utile pour assurer une vision globale de l'évaluation, ainsi que l'applicabilité des recommandations.

Projets BdS IPT (2019-2020)

  • Etude des marqueurs des virus entériques chez des enfants scolarisés en zone rurale ‘El Kalaa ElKbira' »

Etude des marqueurs des virus entériques chez des enfants scolarisés en zone rurale ‘El Kalaa ElKbira' »Les maladies infectieuses transmises en milieu scolaire constituent un problème de santé majeur. Ces maladies sont principalement causées par des agents bactériens ou viraux tels que les virus entériques. Les virus entériques sont rejetés en grande quantité dans l'environnement où ils sont capables de persister très longtemps. Transmis par voie oro-fécale, ils sont à l'origine de pathologies diverses, au niveau de leur site de réplication principal (gastro-entérites) mais aussi à distance de ce site (hépatites, paralysie, méningite, infection respiratoire, éruption spontanée...). Un niveau socio-économique bas associé à des conditions d'hygiène précaires est autant un facteur favorisant la circulation de ces virus.  Les établissements scolaires en milieu rural constituent un terrain favorable pour la propagation des ces infections. Ce projet Boutique des Sciences (BdS) s'intéresse à quatre écoles primaires situées à 15-20 km de ElKalaa El Kbiraa  (Sousse) (Ecole El Gabou, Ecole El Boura, Ecole Salaania, Ecole Echieb). Ces écoles présentent des infrastructures vétustes avec des sanitaires déplorables. Du fait des maladies contractées, ces écoles connaissent un taux d'absentéisme élevé. L'étude du statut immunitaire de ces enfants contre le virus de l'hépatite A (VHA) et d'autres virus entériques serait un excellent indicateur pour déterminer la prévalence de ces infections afin de renforcer les mesures d'intervention et de prévention du Ministère de la santé et de l'éducation et de prévention. Il s'agit d'un besoin sociétal soumis par l'Association Scout Without Borders (Sousse) il a été sélectionné, coordonné et financé par la BdS de l'Institut Pasteur de Tunis et sera réalisé en collaboration entre le laboratoire de Virologie Clinique de l'IPT et l'Association Scout Without Borders (Sousse).

  • Les mains invisibles de la récupération  : Cas des chiffonniers de Nabeul

Le milieu de la chiffonnerie apparaît comme un espace à risques potentiels puisque les chiffonniers « berbecha » engagent leur corps au milieu des ordures et amassent de façon irrationnelle certains objets qui entraînent souvent des effets néfastes pour leur santé . Ces acteurs ne disposent pas de garanties et ne bénéficient d'aucune aide institutionnelle ainsi que les problèmes de manque de moyens et d'équipements, ils vivent dans la souffrance et la discrimination qui les posent à vivre à l'écart de la société malgré leur rôles essentiels dans la protection de l'environnement. Ce projet permettra d'évaluer les risques que courent ces personnes et les conditions d'hygiènes et de sécurités dues à leur travail. Il permettra aussi d'étudier le type de prévention qui doit être mise en œuvre et adaptée aux filières spécialisées en fonction du type de déchets et la nature de travail à effectuer. Ceci permettra de poser un cadre approprié pour éveiller l'attention de l'administration Tunisienne et d'établir des recommandations pour l'inclusion des chiffonniers dans les règles de l'affiliation sociale. Il s'agit d'un besoin sociétal soumis par l'association Eco-tourisme environnement de Nabeul (ETE+), il a été sélectionné, coordonné et financé par la BdS de l'Institut Pasteur de Tunis et sera réalisé en collaboration avec l'Institut Supérieur des Sciences Humaines de Tunis (ISSHT).

  • Étude de la pollution de l'eau au niveau de l'Oued Medjerda et son impact sur la santé communautaire

Le bassin versant de l'Oued Medjerda est la plus grande réserve d'eau du pays. Ses eaux sont utilisées pour irriguer plus de 100 000 hectares de terres agricoles et fournir de l'eau à plus d'un tiers de la population tunisienne. Sur la base des observations faites par l'association Exploralis entre 2014 et 2017, plusieurs menaces ont été notées en amont de ce réservoir, notamment des rejets de liquides chimiques et organiques. En outre, une pollution périodique a été observée, pendant la saison de production d'huile d'olive, caractérisée par un déversement massif de margines dans le fleuve. Cette situation est considérée comme alarmante pour l'environnement, la population locale qui utilise le fleuve pour les activités agricoles, ainsi que pour les réserves d'eau stratégiques. Suite à ces observations, l'association Exploralis a décidé de soumettre son besoin à la boutique scientifique (BdS) « Science Ensemble » de l'IPT. Ce projet BdS sélectionné est réalisé en partenariat avec l'association Exploralis, le Centre de recherche et de technologies de l'eau de Borj Cedria, et mis en œuvre par un post doctorant. Le projet consiste à évaluer l'état de pollution de l'oued Medjerda au niveau de l'oued Béja causé par les rejets de margine mais également par les rejets des usines, décharges urbaines etc. Cette étude permettra par la suite d'évaluer les impacts possibles de la pollution sur la qualité des eaux et son impact possible sur la santé des riverains. L'étude comportera la réalisation d'une campagne d'échantillonnage et d'analyses des eaux de l'oued Béja et la rédaction d'un rapport scientifique pour l'évaluation de la qualité des eaux.

 

 

Partager cet article